I believe I can fly (20/11 – 25/11)

Ça y est nous reprenons la route (enfin si l’on peut appeler ça une route) pour traverser la moitié du pays, ce qui n’est pas loin mais long. Après l’Est et la région de l’Everest, nous venons cette fois-ci dans l’Ouest et la région des Annapurnas.

Le point de chute est la touristique (trop ?) ville de Pokhara qui bénéficie d’un emplacement idéal en bord de lac et au pied de l’imposante chaîne himalayenne.

Je pourrais m’attarder sur les petites randonnées et les visites de temple mais bon j’imagine que vous en avez ras le bol après les précédents articles. Aussi, je vais me consacrer pour vous à notre dernier petit cadeau de nous à nous : un vol en parapente dans les Annapurnas.

J’avais super hâte de tester et franchement je n’ai pas été déçu, bien au contraire. Le décollage est vraiment impressionnant au moment de courir dans le vide et de s’envoler tel un oiseau (que c’est beau). Non franchement, nous sommes restés près d’une heure en l’air à survoler le lac avec les Annapurnas en toile de fond : magique !!! La seule frustration est le principe du tandem car on a vite envie de prendre les commandes (ça sent le stage un de ces 4).

Anne-Eagle attendait également avec impatience de s’essayer au parapente mais craignait d’être malade en l’air car c’est vrai que ça peut remuer pas mal. Fidèle à elle-même, ça n’a pas loupé !!! Anne-gerboulade a passé la fin de son vol à repeindre son manteau et les rizières : ça aussi c’était magique.

Nous nous sommes régalés et pensons sûrement en refaire quand l’occasion se représentera (New-Zealand ?). Les photos et films en parleront mieux que moi une fois de plus mais vraiment, la sensation de planer est sensationnelle et je comprends mieux les accros de la discipline que nous avons pu croiser.

Nous passerons les trois jours suivants dans les montagnes du centre dans les villes de Bandipur (petit village sans électricité de toute beauté et bordé par une forêt bourrée de grosses araignées) et de Gorkha (ville de naissance de l’un des fondateurs du Népal qui donnera aussi le nom de leur meilleure bière) dont l’ancienne ville et temple (de nombreux animaux y sont sacrifiés) se trouvent en haut d’une interminable ascension (c’est pas l’Everest mais tout de même). Les Népalais sont vraiment attachants et vivre au milieu d’eux et à leur rythme pendant ces trois jours aura été vraiment une super expérience. Anne-gaga s’est une fois de plus régalée (moi aussi j’avoue), c’est vrai que les enfants Népalais sont à croquer et n’hésitent pas à vous accompagner où que vous alliez main dans la main.

Nous retournerons ensuite dans la vallée de Kathmandu toujours serrés comme des sardines dans les petits bus locaux, où nous profitons de chaque minute.  Ces derniers jours seront consacrés à l’histoire mais surtout à la spiritualité avec notamment les quartiers de Bodnath (centre du bouddhisme tibétain au Népal) et Pashupatinath (lieu le plus sacré du pays et centre de l’hindouisme Népalais).

Ce contenu a été publié dans Asie, Népal. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.